A……tchouuuum !

Les alternatives quand on souffre d’allergies saisonnières.

Vous avez déjà eu probablement des symptômes comme des éternuements répétés, les yeux qui pleurent, le nez qui coule toutes les minutes, une toux, une fatigue importante

 

Enfin, tous les signes d’une allergie aux pollens.

 

  • Pourquoi développons-nous une allergie aux pollens ?
  • Quelles sont les précautions à prendre ?
  • Quelles sont les alternatives naturelles pour diminuer les symptômes ?

Au printemps

Au printemps, c’est la saison où la nature se réveille d’un long sommeil où elle reprit des forces, un peu comme nous 😉
C’est la saison où la végétation croît, pleine de vitalité et donne naissance aux bourgeons, aux nouvelles pousses…
C’est aussi la saison des allergies saisonnières qui peuvent parfois malheureusement durer un peu plus longtemps que le printemps.

En médecine traditionnelle chinoise, le printemps est associé au vent. Le vent est très présent en cette saison et nous a laissé quelques dictons comme « en avril, ne te découvre pas d’un fil ». De part son mouvement, il transporte les pollens et graminées (principalement en été) pour mieux les disséminer favorisant ainsi leur semence.

Pourquoi tous ces symptômes?

L’allergie saisonnière est due à une réaction du système immunitaire contre les allergènes présents dans les pollens. Si vous souhaitez plus d’infos sur le système immunitaire, je vous conseille de lire l’article que j’ai écris sur les défenses immunitaires pour mieux comprendre son fonctionnement.

Pour rappel, le système immunitaire permet entre autre de repérer des cellules ou micro-organismes ne faisant pas parti du “soi“, de notre identité et de déclencher ainsi des réactions de défenses contre l’agresseur. Une fois que l’agent pathogène ou agresseur a été éliminé, certaines cellules vont se différencier et constituer la mémoire immunitaire de notre organisme.

Pour des raisons que la médecine ignore encore même si un lien avec des facteurs génétiques a pu être prouvé, certaines personnes développent une hypersensibilité à certains allergènes, notamment le pollen. Au premier contact avec l’allergène, l’organisme va produire des anticorps qui vont se fixer sur des cellules à histamines.

Hista-quoi?

une molécule présente naturellement dans notre corps qui favorise la dilatation des petits vaisseaux et le constriction des bronches. Une fois que les anticorps se sont fixés sur les cellules à histamines, elles deviennent sensibles à cet allergène. Si l’organisme est de nouveau au contact avec cet allergène, les cellules vont alors libérer l’histamine ce qui provoquera une réaction inflammatoire et donc une réaction allergique.

Quelques gestes utiles pour limiter les allergies saisonnières

  • Connaître et donc se faire dépister pour connaître les allergènes auxquels nous sommes sensibles pour limiter les expositions.
  • Garder les fenêtres fermées pour éviter que le pollen vienne s’installer à la maison.
  • Éviter de mettre son linge à sécher dehors même si on préfère : le pollen s’y dépose  volontiers.
    • Porter des lunettes de soleil même quand il n’est pas là ou des lunettes de vue si vous en portez, c’est parfait.
    • N’allez pas vous promener dans la forêt. Bon, en cette période de confinement, c’est plus facile.

    • Évitez de vous promener lorsqu’il y a beaucoup de vent.

    • Vérifiez les prévisions pollens dans votre région et évitez de sortir lors des « pics » prévus notamment avec le site https://www.pollens.fr/les-risques/risques-par-pollen/54/2020

    • Se laver les cheveux régulièrement pour enlever le pollen

Quelques conseils en aromathérapie et en hydrolathérapie

Dans un premier temps, je vous conseille de drainer votre foie.

Très souvent, il est surchargé ce qui limite son bon fonctionnement.
En médecine traditionnelle chinoise, le foie est associé aux yeux.
Vous comprenez l’utilité de le faire en cas d’allergie saisonnière 😉

Vous pouvez faire une détox’ avec du jus de citron dans un verre d’eau tiède tous les matins pendant 21 jours ou prendre un hydrolat de menthe poivrée (pas pour les femmes enceintes et allaitantes), de carotte ou de livèche, selon votre préférence, 1 càc 3x/j dans un ½ verre d’eau avant chaque repas pendant 3 semaines.

Vous pouvez également prendre une goutte d’HE de citron (toujours pas pour les femmes enceintes) dans une càc d’huile d’olive bio tous les matins pendant 3 semaines.

Parallèlement, pour limiter les réactions allergiques, vous pouvez prendre :

En huiles essentielles :

L’huile essentielle d’Estragon qui est antihistaminique : vous pouvez mettre deux gouttes d’HE d’estragon sur un mouchoir et ensuite la respirer. Vous pouvez faire cette inhalation sèche plusieurs fois dans la journée. Vous pouvez prendre une goutte d’HE d’Estragon dans une cuillère à café d’huile d’olive ou de noix selon votre préférence 3x/j pendant 21j (la voie orale est déconseillée pour les femmes enceintes et allaitantes, les enfants de moins de 7 ans).

L’huile essentielle de Camomille matricaire ou camomille bleue allemande : vous pouvez mettre trois gouttes d’HE de camomille matricaire avec 17 gouttes d’huile végétale de noyaux d’abricot ou d’amande douce  que vous mettez dans un flacon. Vous appliquerez ainsi 2 gouttes du mélange sur les avant-bras 2x/j.

En hydrolats :

  • L’hydrolat de plantain, bien sûr, si vous n’êtes pas  allergique au plantain. Il est reconnu pour ses propriétés antihistaminiques.
  • L’hydrolat de camomille matricaire
  • L’hydrolat de basilic grand vert

Prendre une càc dans un ½ verre d’eau 3x/j jusqu’à amélioration des symptômes.

Je fabrique moi-même mes assemblages d’hydrolats de façon artisanale dans mon atelier.
Je les mets à disposition sur ma boutique en ligne, n’hésitez pas à tester :

En huiles végétales :

Bien souvent oubliées, les huiles végétales ont également des propriétés : elles ne sont pas uniquement des supports permettant de diluer les huiles essentielles. Celles qui nous intéressent particulièrement pour les allergies saisonnières sont l’huile végétale de nigelle et de périlla. Leur prise pourra se faire tout au long de la saison présentant un risque d’allergie pour la personne

Prendre une càc dans un ½ verre d’eau 3x/j jusqu’à amélioration des symptômes.

L’huile végétale de nigelle avec ses propriétés antihistaminiques et bronchodilatatrice grâce à la nigellone est un merveilleux atout en cas d’allergies saisonnières. Préférée bien sûr une huile végétale bio alimentaire, elle est à consommer par voie orale, 1 cuillère à café par jour. Elle présente un  autre avantage, celui de bien se conserver.

L’huile de périlla complète est l’association de l’huile végétale de périlla extraite de ses graines, riche en oméga 3 et de son huile essentielle extraite de ses feuilles, ayant des propriétés anti-allergènes, avec une concentration à 5% dans l’huile végétale. L’huile végétale de périlla complète est conseillée en cas d’inconfort lié aux pollens ou graminées par voie interne à raison d’une cuillère à café par jour au petit déjeuner. Elle se conserve au réfrigérateur pendant 4 mois. Elle est déconseillée pour les personnes étant sous traitement anticoagulant.

Ces deux huiles végétales ne sont pas à utiliser pour les femmes enceintes et allaitantes ainsi que pour les enfants de moins de 6 ans car elles contiennent des huiles essentielles en faible quantité mais contre-indiquées pour ces personnes.

Il est important d’avoir un avis médical en cas d’allergies saisonnières et les conseils proposés ne doivent pas en rien remplacer le traitement médicamenteux prescrit par votre médecin traitant.

Si vous avez besoin de plus de renseignements ou de conseils concernant les allergies saisonnières, je suis disponible pour des accompagnement individualisés sur RDV.

Merci d’avoir lu l’article jusqu’au bout 😉
S’il vous a plu, pensez à liker et à le partager.

Pour les allergies saisonnière, je vous propose
un complexe d’hydrolat « Stop atchoum ».

Si vous êtes intéressé, je vous laisse me contacter en message privé.